20.08.09

Malevitch toi-même ! Architecture suprématiste en boîte

Après le crâne de Damien Hirst version Do it yourself, les plus célèbres créations de Frank Lloyd Wright, dont le musée Guggenheim de New York, en briques LEGO, voici les oeuvres architecturales de Casimir Malevitch (1879-1935) à assembler soi-même. "Be a Malevich" rend hommage au chef de file du Suprématisme et auteur du fameux "Carré noir sur fond blanc" ("l'objet zéro"), tourné vers l'architecture dès le début des années 1920. Les architectones de Malevitch représentent l'évolution du... [Lire la suite]

18.08.09

L'insolite "maison perforée"

Une maison à la façade ouverte, modulable, voire amovible, à l'instar des maisons de poupées : c'est le projet réalisé, à Melbourne, par le cabinet d'architecture Kavellaris Urban Design. Ne vous fiez cependant pas à son allure de décor de parc d'attractions. La "maison perforée" ("Perforated House") est la (périlleuse) réponse faite à un cahier des charges au départ peu séduisant. Car le défi à relever était de taille : insérer, dans un espace au sol de 5,5m x 14,4m, une maison dont les lignes extérieures... [Lire la suite]
Posté par Elodie Palasse à 13:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01.08.09

L'étrange cas du fauteuil-kimono...

Le designer William Gordon s'est associé à la firme Kimono New York, dévouée à la promotion des tissus japonais traditionnels dans la décoration d'intérieur, pour imaginer ces assises déroutantes. La chaise "Kimono", le fauteuil "Hakama" et son ottomane sont ainsi recouverts d'étoffes habituellement destinées à la confection de kimonos et ceintures obi. Un mariage insolite... auquel d'aucuns préfèreront peut-être la version "brute" (ci-desous) ! (source : Design Boom)
24.07.09

Design industriel, déco hétéroclite : Marianne Pascal chez Caravane

La designer et architecte Marianne Pascal est une sorte de "Dr Jekyll & Mister Hyde" de la création... En marge de son travail d'architecte, régulièrement cité en exemple dans la presse spécialisée, elle imagine des objets hétéroclites, poétiques et farfelus, à partir d'éléments de récupération. Une esthétique industrielle, quelque part entre Tsé-Tsé, Stuart Haygarth et ... le Facteur Cheval. Sur une plage des Hamptons, elle ramasse des détritus échoués, leur administre un bon shampooing dans son lave-vaisselle avant... [Lire la suite]
19.07.09

Back to basics : design "neolithique" en cuisine

Deux couteaux de céramique, inspirés des silex-à-tout-faire de l'ère Néolithique : voilà le dernier projet du designer new yorkais Matthias Kaeding. La forme et la prise en main permettent toutes les manipulations en cuisine. On peut ainsi piler, attendrir, couper, émincer, trancher, éplucher... Le tout avec style et originalité, à l'instar des nombreuses entreprises du prolifique designer (design graphique, architecture d'intérieur, photographie ou design industriel sont parmi les domaines de prédilection de ce touche-à-tout). Pour... [Lire la suite]
30.06.09

Errazuriz : attention, design insolite

Lampe-canard, bureau-arbre, le monde hétéroclite du designer chilien Sebastian Errazuriz fait l'objet d'une exposition à New York jusqu'au 17 juillet à la galerie Cristina Grajalensic.  
Posté par Elodie Palasse à 21:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
25.06.09

Ceci n'est pas une chaise

Tom Frencken est un jeune designer néerlandais, et une quasi anomalie dans le paysage du design local puisque non issu de l'Eindhoven Academy, mais diplômé en 2007 de la Katholieke Hogeschool de Mechelen, connue pour son "Centre for sustainable design". Frencken se fait remarquer en créant des sculptures comme "Odes", silhouettes fantômatiques empruntant à Mart Stam (l'inventeur de la chaise tubulaire Cantilever, soeur aînée de la Wassily chair de Marcel Breuer chez Knoll - ce qui valut à ce dernier de... [Lire la suite]
24.06.09

Damien Hirst en kit et en toc

"For the love of God, what will you do next ?", s'est exclamée la mère de Damien Hirst en découvrant la dernière lubie de son artiste de fils. En 2007, le crane aux 8 601 diamants a défrayé (effrayé ?) la chronique. Estimée environ 50 millions de livres Sterling, For the love of God (le nom était tout trouvé) est considérée comme l'oeuvre d'art contemporain la plus coûteuse jamais réalisée (14 millions de livres de fournitures diverses, tout de même...). Et aujourd'hui, pour la modique somme de 49 livres, vous... [Lire la suite]
Posté par Elodie Palasse à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,