joe

La tentation est forte d’accoler au nom de Benjamin Morin l’étiquette bien pratique de « jeune designer » – car, après tout, il a achevé sa formation en 2008, autant dire hier. Mais on pourrait tomber dans un écueil facile et  imaginer, à tort, des débuts balbutiants et tâtonnants. Prêt-à-porter, son luminaire aux allures de Valentin le désossé, qui hisse d’un de ses bras grêles un chapeau -pardon, un abat-jour – différent sur sa « tête » en fonction des attentes lui a valu de faire partie des lauréats d’un concours envié pour le BHV la même année. A peine l’encre de son diplôme (avec mention) en Design d’environnement et Architecture d’intérieur de l’école Camondo avait-elle eu le temps de sécher que son nom était sur toutes les lèvres.

Lire la suite de l'article...