splinterworks_dime

 

L'originalité du projet imaginé par le studio SplinterWorks n'a pas échappé au jury de la compétition "Intelligent hand", organisée par Designboom. La cuisine-capsule des britanniques Matt Withington et Miles Hartwell à défaut d'emporter l'un des trois premiers prix, a permis d'attirer l'intérêt du public sur le travail des deux designers.

L'idée leur serait venue en regardant tournoyer une pièce de cuivre sur sa tranche, d'où le nom de "Dime". Pas plus grande qu'une console, la cuisine ne propose aucun point de cuisson ni lave-vaisselle intégré : ses créateurs suggèrent de l'utiliser en guise de tea & coffee station au bureau.

Fonctionnelle, elle l'est à peine ; mais son design, lui, en fait un objet tout à fait désirable. Avec ses lames de bois vernis articulées, on la confondrait avec une cabine téléphonique ou un bar de chambre d'hôtel tout droit surgis d'un James Bond des années 1960. Quant à son tiroir ventru, c'est à lui seul un mystère.

La formation d'ébéniste de Withington a été grandement mise à profit ici : Sheraton et ses acolytes cabinet makers dans la plus pure tradition anglaise auraient approuvé la maîtrise de la ligne parfaitement courbe imprimée au bois de rose.

Quant à la construction en "coquille de tatou", chère à l'architecture contemporaine, Hartwell s'avoue grand admirateur de son compatriote Thomas Heatherwick, génial architecte et designer passé maître dans l'art de déformer et d'articuler la matière à l'envi.

 

dime


dime_03


Crédits photo SplinterWorks