Edelkoort


Lidewij Edelkoort a mis ses menaces à exécution : non seulement abandonne-t-elle Eindhoven, la Designhuis, centre de design inauguré en octobre 2007, et la Design Academy, mais elle quitte également la Hollande.

Dans sa lettre adressée à la presse et au personnel de la Designhuis*, incriminant la politique insensée et "inhumaine" de la ville, elle donne les raisons de son départ. Edelkoort affirme cependant demeurer la propriétaire du concept, du nom comme de la marque Designhuis.

Elle y rappelle que, dix années durant, elle s'est battue pour faire une place au design et à la création dans une ville qui s'enorgueillissait d'être un des plus importants pôles de recherche et de développement technologique - un savoir-faire et des moyens qu'Edelkoort s'est employée à faire jouer en la faveur de sa discipline, tandis que la ville semblait jusqu'alors considérer le domaine des Sciences & technologies comme une sorte d'antithèse à celui de la création.

Développant la Design Academy, véritable machine à talents, les initiatives d'Edelkoort ont fait connaître la ville sous un autre angle, au point d'en faire une des places fortes du design dans le monde : "Today Eindhoven has three claims to fame: sport (the PSV football club), technology (TU), and design (Design Academy Eindhoven)", écrit-elle.

"La bureaucratie contre le Design", titrait un article de Gabrielle Kennedy dans Design.nl, consacré à la polémique entourant l'annonce du départ de Li Edelkoort d'Eindhoven. Elle s'y penche sur ladite politique de la ville, qui serait soucieuse de défendre les intérêts de la Fondation Brainport. Dirigée par des industriels, des membres du gouvernement et des présidents d'universités, la fondation regroupe entre autres la Design Academy, l'événement de la Dutch Design Week, la Designhuis mais également la titanesque université technologique, une des plus réputées au monde. 

La vraie pomme de discorde ? l'Economic Development Board de la ville aurait l'intention de promouvoir la recherche & la production au détriment de la création artistique pure et dure, difficilement commercialisable.

Et pour cause : le projet concernant les quelque 28 hectares de l'ancien site industriel de Philips, firme historique de la ville et acteur majeur de l'industrie néerlandaise, éclipsera toutes autres actions pour les quinze années à venir. Le fameux Strijp-S de la  "Cité interdite" dont les portes ne s'entrouvraient à grand-peine qu'à l'occasion de la Dutch Design Week va se transformer en une nouvelle "ville culturelle dans la ville", allant jusqu'à accueillir une aile du très coté Van Abbe Museum. Eindhoven concurrençant Eindhoven ?

Le "City Director", Geer Peters, adopte un discours rassurant à la suite de l'annonce du départ d'Edelkoort, mais les designers s'inquiètent. La révolte gronde à Eindhoven : Jurgen Bey ou le "designer de l'année" Design Miami/Basel Maarten Baas auraient-ils pu "exister" si leur créativité avait été bridée par des impératifs économiques forçant la production de ces designers vers la royale voie de la commercialisation de masse ?
Un des designers couvés par Edelkoort jusqu'à son envol vers la scène internationale, Kiki van Eijk fait part de ses inquiétudes : "Je pense que beaucoup de choses vont changer. Si Li s'en va, nous perdons une figure emblématique de la scène du design international. Eindhoven devrait trouver le moyen de la garder".
 
Quels sont alors les projets de la grande prophétesse des tendances ? Elle laisse entendre qu'ouvrir une nouvelle Designhuis ailleurs serait une possibilité. Et soudain, on se surprend à rêver : pourquoi pas à Paris, où se situe le siège du Studio Edelkoort depuis 1991, les bureaux des éditions Edelkoort, le cabinet de conseil Edelkoort, etc. ?
On imagine alors qu'elle contacte Jean Nouvel et qu'une Designhuis made in France trouve sa place sur l'île Seguin : troquer les anciennes usines de Philips pour celles de Renault, et voir Paris sacrée "Ville du design" par l'UNESCO...

ddweek

*Pas d'informations sur la homepage du site de la Designhuis, mais sur celle qui lui est attribuée sur celui de Brainport (l'expression est devenue marque déposée !), on peut lire ce qui suit : "Designhuis is a result of the business plan by Robert Jan Marringa, programme manager in Design Connection Brainport. Designhuis is an initiative of Design Academy Eindhoven, Municipality Eindhoven, Design Connection Brainport, Van Abbemuseum, and Yksi Ontwerpers. Brainport Foundation has appointed Jeanne van Beers as planner." Aucune allusion, donc, à sa fondatrice, ancienne directrice et supposée propriétaire...