fragile_future_lamp

"Fragile Future" est un objet insensé : un luminaire modulable et interactif, composé de LED et de fleurs de pissenlit. Lonneke Gordijn en a imaginé en 2007 la toute première version à l'occasion de son projet de fin d'études à la Design Academy d'Eindhoven (le "Dandelight", une fleur unique ornant une ampoule LED, alimentée par une pile).

Depuis, avec la collaboration de Ralph Nauta (avec lequel elle a fondé le studio Designdrift), le projet Fragile Future a évolué. Jusqu'à cette dernière version qui a enchanté les visiteurs du salon Maison & objet, à l'occasion duquel Elizabeth Leriche (Influences 2010, "Delight") avait réuni 40 modules de Fragile Future. La structure en laiton dépouillée au maximum donne la vedette aux fleurs, dont chaque pistil vient délicatement auréoler les ampoules. Outre la poésie de l'objet, le plus époustouflant demeure son interactivité : les fleurs réagissent lorsqu'on s'en approche, comme dans leur élément naturel. Lonneke Gordijn explique s'être inspirée du système de défense des pissenlits et coquelicots ("dont les pétales tombent, en réaction défensive, quand on les cueille").

fragile_future_2

C'est beau, c'est ingénieux, et n'a pas démérité le prix de “Light of the Future” décerné par le German Design Council en 2008. Une version antérieure, exposée à Design Miami par la galerie londonienne Carpenter Works, a été achetée par le milliardaire russe Roman Abramovich. Espérons que le Future Fragile version 2 fera partie du corpus d'oeuvres exposées au sein du nouveau musée moscovite du tycoon, le Garage (Center for Contemporary Culture Moscow)...
   

   

Fragile_future_3

Fragile_future_3