Une rencontre improbable entre deux designers aux univers dissonnants : Félicité L. (déjà remarquée pour sa collaboration avec Fermob) s'est emparée du "fauteuil cadre" de Stéphane Ducatteau, en acier, pour l'enrober de fils métalliques dessinant divers motifs bariolés (8 exemplaires, chaque pièce signée et numérotée - 8700 €). Les fruits de leur collaboration, et leurs travaux respectifs, sont exposés et en vente à l'espace Talents à Paris.

Yorda_Inox_Ducatteau

 

On avait remarqué Ducatteau en 2001,au salon Maison&Objet. Puis son tabouret « TAB » a reçu en 2006 le label VIA, qui lui a valu de participer à l'exposition des Labels VIA en 2008, à Paris comme à Milan.

Un designer atypique, Stéphane Ducatteau... D'autant plus qu'il n'avait pas envisagé cette carrière de designer, lui, l'ingénieur du Génie Civil qui prenait des cours de modelage, de dessin et de peinture par goût, ou pour décompresser... L'envie est devenue irrépressible, les travaux publics finalement abandonnés au profit d'un CAP en ferronnerie d'art : les premières pièces voient le jour en 2000.

 

 

Sticks_Ducatteau;379" height="390" />

Sous ses doigts, les feuilles d'acier se plient, se courbent, jusqu'à former des fauteuils, chaises ou tabourets aux formes insolites. A la manière des sculpteurs qui ébarbent leur bronzes, le designer travaille angles et aspérités sans relâche. Travaillés des heures durant, l'acier et le béton se patinent, imitent les matière naturelles, semblent taillés dans la masse, gagnent en chaleur, en "humanité"...

Bon, soyons honnête : à la version "revisitée", je préfère l'originale (ci-dessous), mais on se réjouit d'entendre à nouveau parler de ce créateur discret -trop discret, à suivre dans les galeries parisiennes Modénature et Le Feuvre.

paravent_SUITE_N_7_et_si_ge_CADRE_INOX