Eileen_Gray

Inclassable Eileen Gray (1878-1976)... Designer, décoratrice, architecte ? Grande inspiratrice et précurseur de l'Art déco, méconnue à l'époque, source d'une admiration sans bornes aujourd'hui, elle est de ces créateurs dont on observe les oeuvres sans pouvoir vraiment les dater. La photo ci-dessous en témoigne : l'appartement parisien d'une de ses clientes a été décoré et meublé par Eileen Gray en 1919 (le lit-pirogue en laque et feuille d'argent a été l'élément le plus remarqué alors).

sofa_pirogue

Eileen Gray a étudié la peinture à la Slade School of Art de Londres puis, comme autant de jeunes filles bien nées, l'Académie Julian and l'École Colarossi à Paris. Mais c'est sa passion pour l'art du laque (le masculin désignant le corpus d'oeuvres en laque, si si !) qui va la faire connaître. Formée avec acharnement (au point d'en contracter sur les mains et les bras une sorte de sévère eczéma, redouté des laqueurs), Eileen Gray imagine des formes géométriques et abstraites combinées au bois laqué. Ses ecrans et paravents, consoles, tables, lampes, panneaux et autres créations "modernistes" vont franchement à l'encontre des formes sinueuses de l'Art Nouveau, qui prévaut alors ! Elle s'inspire du Bauhaus et de Breuer, voit son travail plébiscité par Le Corbusier et Mallet-Stevens...

Une idée de la valeur qu'on peut accorder à ses "oeuvres de jeunesse" ? La vente aux enchères organisée par Pierre Bergé et associés, à Bruxelles, le 17 juin prochain, propose parmi ses lots phares une table-console, en laque noir et à pans arrondis, sur quatre pieds cylindriques. Réalisée vers 1917-1918, son estimation est de 2 500 000 - 3 500 000 €. Une bibliothèque (vers 1918-1920) est, elle, estimée pour 2 à 3 millions d'euros. Deux oeuvres plus "modestes", un guéridon (500 000 - 700 000 €)et une banquette (600 000 - 800 000 €), de la même période, séduiront peut-être les amateurs moins nantis !

Eileen_Gray_console

Table-console d'Eileen Gray, estimée  € 2,5 - 3,5 M - Pierre Bergé et associés (Bruxelles)